Combien de temps faut-il pour faire pousser des champignons ?

Dans cet article, nous allons remonter le temps de vie d’une culture de champignons, de sa mort, enfin disons de sa récolte, jusqu’au moment de sa naissance où l’embryon mycélien est prélever du froid de la mycothèque. On va parler ici de culture controlée. À travers cette chronologie inversée de la culture des champignons, vous pourrez vous rendre compte, concrètement, de combien de temps vous aurez besoin pour faire pousser des champignons. Et enfin, je vous donnerais également des éléments qui vont varier la vitesse de nos cultures fongiques.

Les différents itinéraires techniques

Tout le monde ne cultive pas les champignons de la même manière. Certains myciculteurs font naître une culture avec du mycélium sur grain, d’autres à partir d’un kit de culture, et d’autres encore, depuis leur mycothèque.

Donc pour ne laisser personne de côté, je prendrais en compte tous les grands chemins de traverse qu’il existe pour réaliser une culture de champignons.

Du substrat de fructification au champignon mature

Commençons avec le plus simple. Enfin cela dépend des champignons ! Mais généralement lorsque vous recevez un kit de culture prêt à fructifier ou bien que votre substrat de fructification est entièrement colonisé, vous pouvez le passer en fructification.

Une fois mis dans les conditions environnementales favorables, le mycélium va peu à peu se transformer en primordias, puis en champignon mature.

Le temps de fructification peut ĂŞtre sĂ©parĂ© en 2 temps :

  • Le temps d’initiation ( ou d’apparition) des primordias
  • Et le temps de maturation des champignons.

Le temps d’initiation des primordias

C’est le temps nécessaire pour observer les premiers bébés champignons, une fois le mycélium placé dans un environnement propre à sa fructification.

Les primordias de champignons mettent plus ou moins de temps Ă  apparaitre une fois le substrat dans l'espace de culture
Des primordias de Pholiote du peuplier

Une fois mis en conditions environnementales favorables, le champignon a besoin d’un peu de temps d’adaptation, notamment pour que le bloc de mycélium puisse se mettre à bonne température, c’est-à-dire à la température atmosphérique.

Par exemple les blocs qui sortent d’incubation à 21°C ou besoin de 12 à 24h pour descendre à 15°C.

Puis le champignon a encore besoin de temps pour ressentir les effets physiologie de ce changement de température, mais aussi d’humidité, de lumière, etc. Cette phase lui permet de modifier sa fonction végétative pour passer en fonction fructificatrice.

Cette pĂ©riode de latence est extrĂŞmement variable en fonction des espèces ! Voici quelques donnĂ©es pour savoir Ă  quoi vous attendre :

  • Des champignons Ă  latence courte, comme les diverses variĂ©tĂ©s de pleurotes, les hydnes hĂ©rissons ou bien les shiitakĂ©s ont une pĂ©riode de latence primordiale comprise entre 3 et 7 jours environ.
  • Ensuite, avec les champignons Ă  latence moyenne, reprĂ©sentĂ©e par les pholiotes, avec le namĂ©ko, le pioppino et le champignon châtaigne, vous pouvez vous attendre Ă  une pĂ©riode de 7 Ă  14 jours avant de voir apparaitre les premiers primordias.
  • Et enfin, dans les champignons Ă  latence longue, nous trouvons les polypores, comme le rĂ©ishi ou la tramète versicolor. Vous devrez attendre de 15 Ă  30 jours pour voir apparaitre leurs primordias.
Les myciculteurs qui ont lu cet article ont aussi lu  Introduction aux substrats compostĂ©s

Le temps de maturation des champignons

Le temps de maturation, c’est vraiment le laps de temps durant lequel les primordias apparaissent jusqu’au moment où les champignons sont mûrs et prêts à fructifier.

Les champignons mature relativement rapidement s'ils ne sont pas de type polypore ou bien shiitaké
De belle pholiotes du peuplier prêtent à être récoltées

Comme pour le temps nĂ©cessaire Ă  l’apparition des primordias, la pĂ©riode de maturation varie en fonction des espèces de champignons et l’on distingue 2 grandes catĂ©gories :

  • Les champignons Ă  maturation rapide comprennent les pleurotes, les crinières de lion, les pholiotes, les agarics, etc. En faite, tous les champignons qui sont relativement « mous » au toucher. Leur temps de maturation varie entre 4 et 8 jours environ.
  • Ensuite, on a les champignons Ă  maturation lente, comme le rĂ©ishi, la tramète versicolor ou encore le maitakĂ©. Ce sont des champignons appartenant Ă  la famille des polyporaceae. Ils contiennent gĂ©nĂ©ralement beaucoup de matière sèche, ils sont donc plus fermes et mettent plus de temps Ă  se former. Compter entre 14 Ă  70 jours pour une maturation complète.

Les temps d’apparition des primordias et de fructification sont généralement accélérés par un apport d’azote dans les substrats. Un substrat brut fructifiera donc un peu moins vite d’un substrat supplémenté.

Pour conclure cette première partie, le temps de fructification total d’un champignon, de sa mise en chambre de culture, jusqu’à sa rĂ©colte est très variable. Pour exemple, un pleurote gris mettra environ 7 Ă  12 jours pour ĂŞtre rĂ©coltĂ©. Alors que pour un rĂ©ishi, on mettra entre 75 Ă  90 jours.

À présent, remontons un peu votre cycle de culture.

Du mycélium sur grain au substrat de fructification

On va donc ici parler, du laps de temps entre le moment où le mycélium sur grain est introduit dans le substrat qui servira pour la fructification, jusqu’au moment où ce substrat sera vraiment près à aller en chambre de culture pour produire.

Il faut bien penser Ă  compter le temps de colonisation du substrat de champignons
Un substrat de champignon prĂŞt Ă  passer en fructification

En effet, je parle donc ici du temps d’incubation. C’est le temps qu’il faut au mycélium pour coloniser tout le volume du substrat et pour être prêt à passer en phase de fructification.

Attention, ce n’est pas parce que votre mycélium a complètement blanchi le substrat qu’il est temps de passer en fructification. Il faut parfois encore un peu de temps, au chaud dans l’incubation, à certaines espèces, leur permettant de prédigérer la nourriture.

VoilĂ  comment on pourrait classer les espèces en termes d’incubation :

  • On trouve les espèces Ă  colonisation rapide, comme les espèces de pleurotes, les hydnes et les pholiotes. Ce sont des champignons agressifs et ils sont très rapides pour s’installer dans le substrat, gĂ©nĂ©ralement entre 10 Ă  14 jours.
  • On a ensuite les champignons Ă  colonisation moyenne, avec les polypores et la pholiote du peuplier, qui est quand mĂŞme, de mon expĂ©rience, plus lente que le namĂ©ko ou le champignon châtaigne. Ce type de champignon met un peu plus de temps Ă  ĂŞtre près Ă  passer en fructification, bien que les polypores soient extrĂŞmement rapides Ă  se propager sur le substrat, il leur faut par la suite plus de temps pour prĂ©digĂ©rĂ©e la matière. Compter entre 20 et 30 jours pour obtenir un mycĂ©lium mature.
  • Enfin, nous avons les champignons Ă  colonisation lente, avec le champignon de Paris et le champignon du soleil, en faite de manière gĂ©nĂ©rale les champignons de compost. On trouve Ă©galement le shiitakĂ© dans cette catĂ©gorie, c’est un des champignons les plus longs durant la phase de colonisation. Pour cette catĂ©gorie, comptez entre 30 Ă  70 jours pour la colonisation.
Les myciculteurs qui ont lu cet article ont aussi lu  6,5 paramètres pour le design de la chambre de fructification

Les temps de colonisation sont donc Ă©galement très variables. De l’ensemencement Ă  la rĂ©colte des fruits, pour des pleurotes roses compter entre 9 et 14 jours seulement ! Ă€ l’autre extrĂ©mitĂ© de l’échelle, du lardage du mycĂ©lium jusqu’à la rĂ©colte, il faut pour le rĂ©ishi compter une durĂ©e totale de 110 jours.

Le temps total d’incubation va également dépendre de la température d’incubation. Pour faire simple, chaque champignon à une fourchette de température, plus le substrat est proche de l’optimal, plus la colonisation sera rapide.

Un point sur la maturation des sclérotes

Avant de passer à la suite, j’aimerais vous faire un point sur les sclérotes. Certains champignons forment ce que l’on appelle des sclérotes. Ce sont des structures souterraines, très souvent à fonction de réserve qui se forme avant l’apparition des primordias.

Les sclérotes prennent prennent beaucoup de temps à se former dans la culture des champignons
Sclérotes de Lignosus rhinocerotis

Je vous en parle maintenant, car dans la temporalité, ce type de formation intervient après la colonisation totale du substrat de fructification, mais en absence de lumière et d’apport d’air et donc avant la fructification.

Par exemple, vous avez Pleurotus tuber-regium qui forme des sclérotes à vertus médicinales ou encore la morille qui s’en sert comme structure de résistance pour passer l’hiver.

L’apparition de ces structures est très longue. Si vous cultivez un champignon qui possède des sclĂ©rotes, vous pouvez compter entre 30 Ă  90 jours de plus avant de les passer en phase de fructification.

De la culture liquide au grain

Ici, on est encore sur une phase de colonisation. C’est le laps de temps qu’il faut au grain pour être totalement colonisé par une culture liquide de mycélium.

Le mycélium sur grain est relativement vite colonisé par le mycélium
Mycélium sur grain prêt à ensemencer du substrat de fructification

Vous pouvez compter entre 10 et 20 jours pour un grain correctement ensemencĂ©. Ici, on ne cherche pas Ă  ce que le mycĂ©lium s’installe et digère complètement le grain. Au contraire, on cherche Ă  ce qu’il reste en phase de division active, donc il passe peu de temps sur grain.

Globalement, sur cette phase et les phases suivantes on observe peu de diffĂ©rence de rapiditĂ© entre les souches de champignons, mĂŞme si les caractĂ©ristiques propres Ă  la vitesse de colonisation de chaque espèce restent observables. Par exemple, les polypores coloniseront les grains en moins de 10 jours gĂ©nĂ©ralement.

Le temps de colonisation va dépendre de la bonne cuisson du grain, mais surtout de la quantité de culture liquide. Si vous mettez 5 mL dans 1L de grain, la colonisation sera très longue, alors que si vous en mettez 30 mL, vous obtiendrez un substrat de grain prêt rapidement.

De la gélose à la culture liquide

À présent, étudions le temps qu’il faut à un morceau de gélose mycélien pour colonisé totalement une culture liquide.

La culture liquide permet de rapidement ensemencer de grain volume de mycélium sur grain
Une culture liquide prête à ensemencer du mycélium sur grain

Sur cette autre phase de colonisation, la vitesse de propagation des mycĂ©liums est Ă©galement peu variable en fonction des espèces. Ici, compter entre 7 et 14 jours pour que vos cultures liquides mères soient prĂŞtent Ă  ĂŞtre utilisĂ©.

Le temps total de colonisation dépendra notamment de l’oxygénation et de la fragmentation de vos cultures liquides. Plus elles sont remuées régulièrement, plus le taux d’oxygène est élevé, plus le mycélium est fragmenté, et donc plus son développement est rapide.

Les myciculteurs qui ont lu cet article ont aussi lu  Agriculture durable : La culture des champignons est la solution verte [10 raisons]

De la mycothèque Ă  la gĂ©lose d’agar

Alors pour remettre du contexte, la mycothèque c’est une bibliothèque de toutes vos souches de champignons que vous conservez précieusement chez vous. C’est de là que l’on prélève les espèces de champignons pour les mettre en culture.

une gélose permet de commencer la culture des champignons dans le cadre d'un itinéraire complet
Une gélose saine prête pour commencer un itinéraire de culture fongique

La mycothèque Ă©tant conservĂ©e dans le froid, lorsque vous ensemencez votre gĂ©lose et que vous la mettez en incubation, il faut parfois une petite latence de 1 Ă  3 jours pour que la souche se remette de ces Ă©motions.

Une fois remise sur pied, il lui faudra environ 4 Ă  7 jours pour coloniser la totalitĂ© de la gĂ©lose. Comme pour le grain et la culture liquide, le temps de colonisation est assez peu variable, mis Ă  part pour les polypores et la morille qui peuvent avoir parcouru vos gĂ©loses en 3 jours seulement !

Le temps total de colonisation de la gélose va donc surtout dépendre de la génétique de la souche à rapidement se remettre au travail après une bonne sieste au frais.

Conclusion

Le temps nĂ©cessaire pour une culture de champignons, dĂ©pends principalement de l’espèce qui est cultivĂ©e. Ă€ l’extrĂ©mitĂ© de la fourchette, nous avons le Pleurotus djamor, avec un temps record de 40 jours de la mycothèque jusqu’à la rĂ©colte. Ă€ l’autre extrĂ©mitĂ©, on trouve des polypores très longs Ă  produire, comme encore et toujours, le rĂ©ishi avec 135 jours de culture du laboratoire jusqu’à la cagette de rĂ©colte.
N’oubliez donc pas de bien étudier les temps de culture des différentes phases de vos espèces. Ainsi si vous souhaitez des champignons pour une période précise, vous saurez à quelle période commencer votre production !

Merci d’avoir lu cet article sur combien de temps faut-il pour cultiver les champignons. N’hésitez pas à nous laisser un commentaire si vous avez une remarque ou une question. 🙂

Si vous avez aprécié mon article vous êtes libre de le partager!

Laisser un commentaire