Comment cloner un champignon frais sur agar ? [Tutoriel]

Le terme « clonage de champignon » évoque souvent des images de laboratoires ultra-modernes, de chercheurs en blouses blanches et de matériel scientifique coûteux. Cependant, cloner un champignon est bien loin de ces scénarios futuristes. Il est tout à fait possible de reproduire vos variétés de champignons favorites depuis le confort de votre maison, sans avoir recours à des outils onéreux.

Dans cet article, je vous dĂ©voile les raisons pour lesquelles le clonage de champignons est intĂ©ressant et je vous guide Ă  travers un tutoriel dĂ©taillĂ© pour le rĂ©aliser sur de l’agar.

Que signifie cloner un champignon?

Lorsque vous clonez un champignon, vous crĂ©ez une copie identique d’un champignon particulier en utilisant un morceau de tissu vivant du corps fructifère du champignon. On utilise le terme « clonage » pour dĂ©crire les diffĂ©rents processus utilisĂ©s pour produire des copies gĂ©nĂ©tiquement identiques d’un organisme particulier, dans notre cas, un champignon. On appelle cette copie gĂ©nĂ©tiquement identique un clone.

Alors, si l’on regarde plus large, le fait d’ensemencer du mycĂ©lium sur grain ou de la culture liquide Ă  partir d’un champignon frais est Ă©galement une forme de clonage, mais plus risquer.

Dans cet article, on va se concentrer sur le clonage de champignon frais sur de l’agar.

Pourquoi cloner des champignons?

Le clonage vous permet donc de crĂ©er une copie identique d’un champignon avec des caractĂ©ristiques souhaitables comme le rendement, la vitesse de croissance, la couleur, la rĂ©sistance aux maladies, etc. Vous pouvez cloner n’importe quel excellent champignon comestible et mĂ©dicinal sauvage que vous trouvez dans votre rĂ©gion pour en conserver une copie. Et bien sĂ»r, vous pouvez aussi cloner des champignons que vous avez cultivĂ©s ou mĂŞme des champignons frais achetĂ©s en magasin.

Bien que vous puissiez collecter des spores de champignons pour la culture, ce serait risqué. Car faire pousser des champignons à partir de spores donne des résultats variables. Les hyphes primaire poussent à partir des spores de champignons, et lorsqu’ils fusionnent pour créer du mycélium secondaire, ils créent de nouvelles souches. Une nouvelle souche aura des traits similaires au champignon parent, mais elle peut également avoir des caractéristiques différentes, la rendant moins désirable.

Cloner des champignons est plus rapide que de les cultiver Ă  partir de spores et c’est aussi plus simple, car les souches produites Ă  partir de spore doivent-ĂŞtre tester avant d’ĂŞtre mise en culture Ă  grande Ă©chelle.

Meilleurs champignons Ă  cloner

Alors sachez que vous pouvez classer les champignons selon la manière dont ils se nourrissent.

Les quatre types les plus courants de champignons sont les saprophytes, les parasites, les mycorhiziens et les endophytes. Parmi ceux-ci, les meilleurs champignons Ă  cloner sont les champignons saprophytes qui poussent sur des matières organiques mortes et en dĂ©composition dans la nature. Et certains champignons saprophytes de culture sont plus faciles Ă  cloner que d’autres, notamment :

Les myciculteurs qui ont lu cet article ont aussi lu  Comment faire pousser des champignons avec du marc de cafĂ© ? [Tuto]

En faite, tous les champignons qui sont relativement charnus, car il nous faudra par la suite prélever leur chair.

Tutoriel : Comment cloner des champignons avec de l’agar ? Étape par Ă©tape

Cloner un champignon est plus simple qu’il n’y paraĂ®t et consiste essentiellement Ă  prĂ©lever un morceau de tissu de champignon et Ă  le placer sur un milieu de culture riche en nutriments Ă  base d’agar. La difficultĂ© est de s’assurer que le tissu et le milieu de culture restent non contaminĂ©s. Il existe plusieurs façons de cloner des champignons, mais utiliser de l’agar est l’une des meilleures mĂ©thodes pour Ă©viter et voir la contamination.

Voici les Ă©tapes Ă  suivre pour cloner des champignons avec de l’agar :

Étape 1 : Rassemblez les fournitures

Avant de commencer, vous devez rassembler tout le matĂ©riel nĂ©cessaire :

  • Une boite de pĂ©tri Ă  base d’agar : Cela sera le milieu nutritif pour le champignon. Vous pouvez les fabriquer vous-mĂŞme avec ce tutoriel ou bien vous pouvez en acheter des prĂ©s-coulĂ©es et stĂ©rilisĂ©es sur internet.
  • Un sporophore de champignon : C’est donc la matière biologique que l’on va utiliser pour ensemencer notre agar. PrĂ©fĂ©rer des champignons jeunes et charnus si possible pour augmenter vos chances de rĂ©ussite. Si possible, rĂ©coltez-le juste avant la manipulation, bien qu’il soit possible de le conserver 48h au frigo. Plus vous le conservez longtemps, plus le risque de contamination augmente.
  • Une hotte Ă  flux laminaire, un bec Bunsen, ou au minimum une SAB (still air box) : Il s’agit de matĂ©riel pour crĂ©er un environnement stĂ©rile pour votre culture de champignons. Travailler avec l’un de ces Ă©quipements augmentera considĂ©rablement vos chances de rĂ©ussite.
  • De l’alcool : Pour dĂ©sinfecter le champignon
  • Un scalpel : pour prĂ©lever un morceau du sporophore
  • Un briquet tempĂŞte ou une lampe Ă  alcool : pour stĂ©riliser la lame du scalpel
  • Des gants : pour rĂ©aliser la manipulation de manière aseptique.
  • Parafilm ou ruban adhĂ©sif : pour refermer la boite de pĂ©tri après l’ensemencement et Ă©viter les contaminations durant l’incubation.
  • Marqueur permanent : pour noter les informations pertinentes sur la boite de pĂ©tri, qui nous permettrons de la reconnaitre.

Étape 2 : Préparez Votre Espace de Travail

Lors du clonage de champignons, un environnement de travail propre et stérile est essentiel pour réussir.

Assurez-vous de bien nettoyer et désinfecter les surfaces de travail devant la hotte à flux laminaire ou autour de votre espace de manipulation. Il faudra également nettoyer vos mains, le scalpel et tous les autres outils avant de commencer.

Étape 3 : Nettoyez et ouvrez le champignon

Tout d’abord, vous devez nettoyer votre corps fructifère de champignon avec un chiffon ou une serviette en papier imbibé d’alcool.

Essuyez soigneusement l’extérieur du champignon, car il est très probablement couvert de contaminants qui pourraient finir dans la boîte d’agar. Une fois le champignon propre, vous devez l’ouvrir devant la hotte à flux laminaire, mais en aval de la boîte d’agar.

La surface du champignon doit bien être nettoyer avant d'être cloné
Nettoyage de la surface externe du champignon

Déchirez le fruit si possible, sinon entaillez-le légèrement en surface pour l’ouvrir au lieu de le couper pour éviter la contamination.

L’intérieur d’un champignon déchiré est naturellement stérile et contient des cellules propres et fertiles de mycélium de champignon.

Les myciculteurs qui ont lu cet article ont aussi lu  Comment fabriquer une brique de champignon ? [Tutoriel]

Étape 4 : Stérilisez votre scalpel à la chaleur

Lors du clonage, vous utiliserez un scalpel pour prélever un échantillon de tissu sur le champignon. Ce scalpel doit être stérilisé à la flamme jusqu’à ce qu’il soit rougeoyant. Il faut stériliser le scalpel entre chaque transfert de tissu.

Personnellement, j’utilise un bacti-cinérator, mais vous pouvez également utiliser un briquet-tempête ou une lampe à alcool. Assurez-vous que le scalpel est refroidi avant de retirer le tissu du champignon, car la chaleur pourrait tuer le prélèvement.

La stérilisation du scalpel permet d'appliquer un matériel inertie de contaminant pour le prévèlement
Stérilisation du scapel au bacti-cinérator

Une façon de refroidir le scalpel est de le tremper dans le milieu d’agar. Pour ce faire, soulevez le couvercle de la boîte de pétri, trempez la lame dans l’agar, et remettez rapidement le couvercle. Vous entendrez un grésillement audible lorsque la lame se refroidit.

Vous pouvez également le laisser refroidir dans le courant d’air de la hotte à flux laminaire.

Étape 5 : Prélever et Transférer le tissu

Tout le corps fructifère du champignon est constitué de mycélium dense, et vous pouvez prélever du tissu pour le clonage de n’importe quelle partie du champignon. Cependant, certaines zones sont meilleures pour le clonage que d’autres.

Lorsqu’il s’agit de rĂ©colter des cellules reproductrices, les meilleures parties Ă  utiliser sont :

  • La partie charnue en bas du pied du champignon
  • Le haut du pied, juste sous le chapeau
  • Au niveau du chapeau, près des lamelles

 Il vaut mieux ne pas cloner en utilisant des lamelles sous le chapeau, car elles sont difficiles à nettoyer et contiennent souvent des spores qui pourraient germer et vous donner une souche différente.

Un morceau de 5mm au maximum est essentiel pour un clonage réussit
PrĂ©lèvement d’un morceau du sporophore

Retirez un morceau de mycélium en coupant un petit morceau de tissu de 3 x 3 mm environ. Empalez le tissu sur le scalpel, déplacez-le vers la plaque d’agar, retirez le couvercle et placez le tissu sur l’agar. Puis refermez immédiatement la boîte de Pétri.

Utiliser plus d’un morceau est facultatif, et beaucoup de myciculteurs ne placent qu’un échantillon de tissu par plaque d’agar. Mais avoir plusieurs morceaux de tissu augmente les chances de réussite, car tous les échantillons ne sont pas toujours viables.

Étape 6 : Scellez et incubez l’agar

Scellez vos plaques d’agar inoculées avec du Parafilm ou du ruban adhésif et notez-les avec l’espèce et la date d’inoculation. Le Parafilm est idéal, car il permet aux plaques d’agar de respirer tout en maintenant une étanchéité parfaite.

Une fois réaliser la boite de pétri cloner va en incubation pour quelque jours
Boite de pĂ©tri prĂŞte pour l’incubation

Placez ensuite les plaques d’agar scellĂ©es en incubation, Ă  une tempĂ©rature Ă  24°C. Au bout de 2 Ă  3 jours, vous devriez observer le mycĂ©lium qui commence Ă  se dĂ©velopper. La fin de la colonisation dĂ©pend de la souche et du milieu d’agar, compter 7 Ă  10 jours.

Si votre plaque ne contient que du mycélium, et bien bravo vous avez réussi votre clonage ! Il peut par la suite être mis en stockage au frigo durant quelques semaines ou bien utilisé immédiatement, si besoin.

Le clonage est un savoir faire important pour tout myciculteur qui souhaite progresser
Un clonage Ă  J+7

Conclusion

Que vous souhaitiez reproduire une espèce sauvage fascinante ou copier votre champignon cultivé préféré, le clonage est une compétence précieuse à apprendre. Vous pouvez également appliquer le clonage à du mycélium sur grain ou encore à la culture liquide, mais attention les contaminations sont plus probables avec ces méthodes. Je vous souhaite de nombreux clonages à succès pour vos prochaines manipulations de myciculture.

Les myciculteurs qui ont lu cet article ont aussi lu  Fabriquer son milieu gĂ©losĂ© Ă  base d'agar [Tutoriel]

Merci d’avoir lu cet article pour apprendre à cloner un champignon. S’il vous a plu, n’hésitez pas à le partager ou le commenter :).

Si vous avez aprécié mon article vous êtes libre de le partager!

Laisser un commentaire