Le rosé des prés [ Agaricus campestris ]

Le rosé des prés est un très bon champignon comestible qui est assez commun. Il fait parti de la même famille que le champignon de Paris, mais en plus savoureux ! Vu qu’on le trouve dans les champs et les prairies, on le nomme agaric champêtre ou bien encore souris rose. Son nom scientifique est Agaricus campestris, qui signifie l’Agaric qui vient … des champs !

Dans cet article, vous apprendrez :

  • Comment reconnaitre le rosé des prés ?
  • Quand rechercher le rosé des prés ?
  • trouver le rosé des près ?
  • Les confusions possibles de champignons toxiques et comestibles similaires.
  • Et enfin une ouverture sur sa culture.

Classification du rosé des près

  • Règne : Fungi
    • Division : Basidomycota
      • Classe : Agaricomycetes
        • Ordre : Agaricales
          • Famille : Agaricaceae
            • Genre : Agaricus
              • Espèce : A. campestris

Comment reconnaitre le rosé des près ? [ Agaricus campestris ]

C’est un champignon facile à reconnaitre et assez caractéristique. En étant vigilant à la description suivante vous devriez l’identifier assez simplement.

Le rosé des prés est un champignon qui est assez facilement identifiable.
Rosé des prés en gros plan. On peut observer ces lames roses et son fin anneau.

Le chapeau

Le diamètre du chapeau fait environ 4 à 10 cm. De forme globuleuse à son jeune âge, il devient convexe, puis s’étale pour devenir plat à maturité. Sa couleur varie du blanc en passant par le beige claire. Au touché, sa texture est douce et lisse. Il a également une marge qui recouvre légèrement les lames lorsqu’il est jeune.

Le pied

Le pied fait entre 4 et 10 cm de hauteur pour 1 à 2 cm d’épaisseur. Il est de couleur blanche. Avec la maturation des spores qui se déposent dessus, il prend parfois une couleur légèrement brunâtre.

Il se casse facilement, cela est dû à la forme arrondit des cellules qui le compose. Il est également facilement séparable du chapeau.

On trouve également un anneau mince, non persistant, qui se dégrade rapidement sur le pied. Celui ci prend parfois simplement la forme d’une démarcation membraneuse. Sa texture est duveteuse.

La face intérieur

Sous le chapeau, on trouve des lamelles étroites et serrés. Jeunes, elles sont roses, puis au fur et à mesure de la maturation des spores sous le chapeau, celles ci leurs donnent une couleurs brune, qui s’étale du centre, vers les bords extérieures.

La chaire

La chaire du rosé des près est épaisse. A la coupe, elle rosit pour ensuite devenir légèrement brune. Sa saveur se rapproche de celle du champignons de paris. On peut le consommé crus, cuit ou bien encore séché.

Il est préférable de consommer le rosé des prés lorsque les individus sont jeunes et fermes, et donc lorsque leurs lamelle sont encore rose.

Les spores

La sporée d’Agaricus campestris est brune. Ces spores sont lisses et d’une taille de 12 x 6 µm.

Les myciculteurs qui ont lu cet article on aussi lu  L'Oronge [Amanita caesarea]

Quand chercher le rosé des prés ?

Agaricus campestris pousse de la fin de l’été jusqu’à la fin de l’automne. Les cueillettes les plus importantes ont lieu en Septembre et Octobre.

La croissance du rosé des prés est rapide. En une nuit, les champignons peuvent se former. Pour les voir apparaitre, il faut une averse d’au moins 15 à 20 mm, puis l’atmosphère doit se réchauffer à au moins 12°C pour voir les délicieux sporophores apparaitre 4 à 5 jours après, avec un maintient humide du temps bien évidemment.

Où trouver le rosé des prés ?

Ce champignon est présent partout dans le monde. On le retrouve en Europe, en Asie en Afrique du Nord et en Amérique du Nord. En France il est commun et facile à trouver en suivant quelques indications simples:

Le rosé des prés est un champignon qui se consomme jeune.
Jeunes rosé des prés. On vois que le voile sous le chapeau commence à peine à se déchirer.

Les champignons indicateurs du biotopes de Agaricus campestris

Agaricus campestris est un champignon décomposeur secondaire, c’est à dire qu’il se nourrit de matière organique déjà en partie décomposée. On retrouve plusieurs champignons dans les mêmes lieux:

Les lieux pour trouver facilement Agaricus campestris

Le rosé des prés pousse en cercle de sorcière ou bien en troupes de 4 à 5 individus dans les prairies ou les bords de chemin riches en matières organiques. La présent de troupeaux de vaches ou encore de chevaux à proximité est un bon indice pour trouver un lieu propice. En effet les excréments des animaux sont des sources de nutriments, riches en azote qu’apprécie le rosé des prés.

Au 19 ème siècle, la présence d’Agaricus campestris était bien plus importante qu’aujourd’hui. En effet, les modes de locomotion étaient principalement tractés par des animaux qui fertilisés toutes les routes sur lesquels ils passaient !

Ce champignon pousse également sur les pelouses fertiles, mais attention à ne pas consommer les champignons qui pourraient être en contacte avec des produits chimiques telle que les pesticides ou herbicides.

Le rosé des prés pousse rarement dans les bois
Rosé des prés en lisière de foret. On peut observer différentes couleur de lamelles, du à une maturations des spores plus ou moins importantes.

On le trouve rarement en foret étant donné qu’il y a une fertilisation moins azoté que celle que permet le bétail, en prairie.

Les champignons similaires au rosé des prés

Le rosé des prés est facile à identifier, mais il y a quelques champignons qui peuvent lui ressembler et être dangereux, voire mortelle. Si vous n’êtes pas sûr de l’identification que vous avez réalisé, demandé à un pharmacien ou à un mycologue expérimenté.

Voici les champignons toxiques similaires au rosé des prés les plus courants :

  • L’amanite phalloïde ( Amanita phalloides ) : La couleur blanche de ce champignon peut effectivement être trompeuse. Mais les amanites, contrairement aux agarics, possèdent une volve, c’est un petit sac à la base du pied. Les lames du genre Amanita son également blanches, et non roses. Il est très toxique, voire mortelle pour les personnes fragiles.
  • L’agaric radicant ( Agaricus bresadolanus ) : Ce champignon se différencie du rosé des prés au niveau de son chapeau. Il possède des mèches brunes sur le dessus, contrairement au rosé qui a un chapeau blanc et lisse. Son pied est également radicant, c’est à dire qu’une partie est enfoncé profondément dans le sol à la manière d’une racine. Toxique.
  • L’agaric jaunissant ( Agaricus xanthoderma ) : Comme son nom l’indique, ce champignon à le pied jaune, contrairement au rosé des près qui a le pied blanc. Et sa chaire jaunit au frottement, ce qui n’est pas le cas non plus du rosé des prés. Son odeur est assez caractéristique, relativement iodée. Il est toxique est provoque mots de ventre et vomissement.
Les myciculteurs qui ont lu cet article on aussi lu  La Chanterelle en tube, jaune et grise [Craterellus]

Peut-on cultiver le rosé des prés ?

Le rosé des prés est un champignon qui peut être théoriquement cultiver à la manière du champignon de paris.

Seulement, il a une assez mauvaise conservation. C’est pour cela qu’il n’est pas cultiver de manière commerciale.

Si vous voulez cultiver le rosé des prés, il va falloir prélever une souche sauvage. Je vous conseil de cloner quelques pieds sur du carton pour générer du mycélium, puis vous pourrez ensemencé du composte mur avec le mycélium sur carton.

Je n’ai pas encore tester la culture de ce champignon, mais à la manière de Agaricus bitorquis, je suis sûr qu’il est assez facilement cultivable.

Merci d’avoir lu cet article ! N’hésitez pas à laisser un commentaire ou à nous partagé votre expérience avec le rosé des prés. 🙂

Si vous avez aprécié mon article vous êtes libre de le partager!

Laisser un commentaire