Le Pleurote pulmonaire [ Pleurotus pulmonarius ]

Le pleurote pulmonaire est un champignon comestible très facile à cultiver. il est beaucoup ressemblant à la pleurote à huitre ( Pleurotus ostreatus ), mais, celui-ci produit moins de champignons, mais de plus grosse taille. La culture de Pleurotus pulmonarius est particulièrement adapté pour les débutants et les personnes qui produisent en zone chaude. Pleurotus pulmonarius a un potentiel encore inexploité pour la production sur les déchets de conifère.

Dans cet article nous verrons :

  • Comment reconnaitre le pleurote pulmonaire ?
  • Cuisine et mĂ©decine avec le pleurote pulmonaire.
  • Des conseils de culture en intĂ©rieur et en extĂ©rieur.
  • Un tableau rĂ©capitulatif des paramètres de culture.

Classification du Pleurote pulmonaire

  • Règne : Fungi
    • Division : Basidiomycota
      • Classe : Agaricomycetes
        • Ordre : Agaricales
          • Famille : Pleurotaceae
            • Genre : Pleurotus
              • Espèce : Pleurotus pulmonarius

Comment reconnaitre le pleurote pulmonaire ?

L’espèce Pleurotus pulmonarius contient de nombreux variants gĂ©nĂ©tiques que l’on regroupe sous ce terme. Ils sont proches en apparence physique, en propriĂ©tĂ©s nutritionnels et de culture.

Remarque : Si vous entendez parler de Pleurotus sajor-caju, il s’agit en faite la mĂŞme espèce ( Pleurotus pulmonarius) , nommer Ă  tord. Lentinus sajor-caju est un autre champignon très similaire Ă  Pleurotus pulmonarius, mais appartenant Ă  un autre genre. Les pleurotes que vous trouverez sous le nom de Pleurotus sajor-caju sont très probablement des Pleurotus pulmonarius.

En myciculture, on l’appelle Ă©galement le Pleurote Italien, ou encore le Pleurote Phoenix.

Pleurotus pulmonarius ressemble beaucoup Ă  Pleurotus ostreatus
Pleurote pulmonaire, vu de dessus et de dessous.

Chapeau

Le chapeau est d’abord convexe puis plat avec une marge parfois lĂ©gèrement ondulante. Sa taille va de 5 Ă  30 cm de diamètre. Il peut arborer des couleurs beiges, grises et marrons, avec parfois, des teintes du rose Ă  l’orangĂ©.

Ces différentes couleurs dépendent de la souche cultivée, de la luminosité et beaucoup de la température. Effectivement, la pleurote pulmonaire devient claire lorsque la température augmente et foncé lorsque les températures sont fraiches.

Pied

Le pied est court lĂ©gèrement plus claire que le chapeau lui est attachĂ© de manière excentrĂ©. Il ne possède pas d’anneaux. Le Pleurotus pulmonarius forment des flushs avec au maximum 4 Ă  5 individus.

Lames

Les lames sont serrĂ©s, fines et dĂ©currentes, c’est Ă  dire qui descendent sur le pied. Elles sont d’ailleurs lĂ©gèrement plus foncĂ©s Ă  ce niveau. On observe aussi la prĂ©sence de lamĂ©llules qui doubles les lames.

Chaire

Sa chaire est assez fine et sa texture est ferme, d’autant plus que ce champignon est rĂ©coltĂ© jeune. Elle a une odeur fongique classique qui peut changer en fonction du substrat sur lequel il est cultivĂ©e et de la tempĂ©rature du champignon lui mĂŞme.

Spores

La sporĂ©e est de couleur blanche, jaunâtre Ă  lavande en fonction des souches. Les spores sont de formes plus ou moins cylindriques d’une taille de 7 Ă  12 µm x 3 Ă  4,5 µm.

Les myciculteurs qui ont lu cet article on aussi lu  Le pleurote jaune [Pleurotus citrinopileatus]: cultiver le plus exotique des pleurotes

Une souche nommĂ©e 3300 INRA, produite par Somycel produit 100 fois moins de spores qu’une souche « classique », une Ă©nergie plus importante est donc allouĂ©e Ă  la fructification , et donc au rendement. Une souche qui produit moins de spore est Ă©galement essentiel pour limiter l’impact sur la santĂ© respiratoires des myciculteurs rĂ©colteurs.

Mycélium

Le mycélium de la pleurote pulmonaire est blanc, linéaire et fin. Son odeur est agréable et fruité, proche de celle de Pleurotus ostreatus.

Ecologie du pleurote pulmonaire

Ce champignon pousse principalement en Amérique du Nord et en Europe.

Le pleurote pulmonaire est un champignon saprophyte, c’est Ă  dire qu’il se nourrit de matière organique brute. Il fait donc parti des dĂ©composeurs primaires de la chaine trophique. On le trouve dans les forets de feuillus, en plaine, mais Ă©galement dans les forets de conifères entre 1000 et 3000 mètres d’altitude.

Le champignon pousse naturellement au printemps plutĂ´t qu’Ă  l’automne.

La plupart des souches trouvĂ©s dans la nature peuvent ĂŞtre rĂ©coltĂ© pour la myciculture avec un grand potentiel de fructification en culture. La souche trouvĂ©e sera naturellement adaptĂ© Ă  l’essence d’arbre sur laquelle vous l’avez rĂ©coltĂ©e.

Valeur nutritionnel et médicinale du pleurote pulmonaire

Le pleurote pulmonaire contient pour 100g de matière sèche : contient 24% de protéine, 2% de lipide et 51% de glucide.

Cependant sa valeur nutritionnel peut varier en fonction de la qualitĂ© du substrat, notamment son taux d’azote qui est essentiel pour la formation des protĂ©ines.

En cuisine, il se marie très bien avec tous types de viandes et de poissons. Il est très utiliser dans la cuisine végétarienne, notamment coupé finement et sauté à la poêle avec des légumes. Les jeunes champignons sont beaucoup plus savoureux de part leurs gouts et leurs saveurs.

Pleurotus pulmonarius Ă  Ă©galement Ă©normĂ©ment de propriĂ©tĂ© mĂ©dicinales. Il est efficace en tant qu’antiviral, anti-tumeur, antioxydant, contre l’Ă©pilepsie, contre le diabète, en anti-inflammatoire et pour la rĂ©gulation du taux de cholestĂ©rol.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les propriétés médicinales du pleurote pulmonaire, je vous invite à lire cette étude récapitulative de Yashvant Patel de 2012.

La culture du pleurote pulmonaire

C’est un champignon qui est très apprĂ©ciĂ© des dĂ©butants tant il est facile Ă  faire pousser, si l’on respecte les bases de la culture bien Ă©videmment. Si vous ne connaissez pas les 7 Ă©tapes de la culture du champignons, je vous conseil de lire cet article.

Le pleurote pulmonaire peut avoir plusieurs types de couleur
Pleurote pulmonaire assez sombre ayant pousser en présence de froid

Culture extérieur

Les premières culture extĂ©rieur de de champignon se faisait probablement par les hommes Ă  l’Ă©poque du PalĂ©olithique, avec une espèce proche du pleurote pulmonaire, nous suggère l’auteur-mycologue Paul Stamets !

Cette espèce est particulièrement agressive sur du bois de hĂŞtre, un substrat relativement adaptĂ© Ă  la culture sur buche. Le pleurote pulmonaire se dĂ©veloppent Ă©galement bien sur des bois dur comme le chĂŞne, le peuplier, l’orme, ainsi que quelques conifères.

Il est possible de l’utiliser pour se dĂ©barrasser de vielles souches d’arbres, en les inoculant Ă  partir de cheville de bois. En plus de produire des champignons comestibles, cela permet de rĂ©duire les invasions potentiels avec des champignons parasites dangereux pour nos forĂŞts.

Les myciculteurs qui ont lu cet article on aussi lu  Le coprin chevelu [Coprinus comatus]

Culture intérieur

La culture en intĂ©rieur donne d’excellent rĂ©sultat avec le pleurote pulmonaire si l’atmosphère respecte les 4 paramètres de culture, et si les itinĂ©raires techniques sont efficaces.

Substrat de sélection

On peut isoler cette souche sur des milieux gélosé MYPA, PDYA, OMYA et DFA.

Si la colonisation dure plus de 2 semaine sur gĂ©lose, le mycĂ©lium devient trop dense et il est alors difficile d’incuber correctement un substrat avec. Cette sur-incubation ne permet plus au mycĂ©lium d’ĂŞtre sectionnĂ©, mĂŞme avec une bonne lame, qui tord simplement le rĂ©seau mycĂ©lien Ă  la surface.

Substrat de colonisation

Pour crĂ©er un substrat de colonisation on peut utiliser des grains de blĂ©, de seigle, d’avoine, de millet ou encore de maĂŻs. Vous pouvez Ă©galement utiliser de la sciure, mais celle-ci convient mieux pour l’extĂ©rieur.

Substrat de fructification

Enormément de matières organiques peuvent convenir à cet souche agressive. Vous pouvez consulter ce guide sur les substrats pour vous inspirer.

Cependant, les meilleurs rendement ont étés obtenu à partir de céréales, de paille, de sciure de bois et de canne à sucre.

L’adaptation gĂ©nĂ©tique Ă  pousser en prĂ©sence de rĂ©sine n’est pas encore entièrement exploitĂ© par les producteurs de souches de champignons, mais cette inovation serait la bienvenue, Ă©tant donnĂ© que les rĂ©sineux sont de plus en plus utilisĂ©s dans l’industrie du bois. Ces dĂ©chets pourraient ĂŞtre facilement recycler en myciculture avec une souche « rĂ©sinivore ».

Pour ce type de champignon productif, des cultures Ă  base de substrats pasteurisĂ©s brutes conviennent très bien en terme de rendement. Certains myciculteurs utilisent de la luzerne en supplĂ©mentation d’un substrat brute. Si vous vous y essayez, attention au proportion, c’est un Ă©lĂ©ment riche en azote.

Conteneur de culture

Pour cultiver Pleurotus pulmonarius, il est possible d’utiliser des sacs plastiques perforĂ©s simples ou en colonnes, des bacs, des racks verticales ou encore des bouteilles.

Rendement, récolte et conservation

Le rendement est très bon avec ce type de souche. Vous pouvez obtenir entre 100 et 200% d’efficacitĂ© biologique. Le rendement est obtenu Ă  l’aide des fructifications qui sont relativement grosses au moment de la rĂ©colte. Vous pouvez rĂ©colter jusqu’Ă  4 ou 5 fois.

Le pleurote pulmonaire est meilleur lorsqu'il est récolté jeune.
Une récolte de pleurote pulmonaire

La croissance de ce champignon est très rapide. La qualité de la récolte est donc influencée par le moment où vous allez récolter.

Contrairement Ă  d’autres espèces, le pleurote pulmonaire se reforme gĂ©nĂ©ralement au mĂŞme endroit oĂą il a poussĂ©. Coupez-le donc proprement au moment de la rĂ©colte.

Si vous souhaitez conditionner vos champignons pour la vente, faite attention ! Ce champignon « prend racine » facilement et crĂ©Ă© du nouveau mycĂ©lium, sur les substrats cartonnĂ©s, surtout si l’environnement est limitĂ© en Ă©change de gaz. Des bactĂ©ries ou de nouveaux primordias pourraient rapidement apparaitre dans ces conditions « d’enracinement ».

De manière générale Pleurotus pulmonarius se vend frais ou bien en poudre.

Synthèse des paramètres du pleurote pulmonaire

Paramètres d’incubation du pleurote pulmonaire

Température d’incubation24 à 29°C
Humidité relative90 à 100%
Durée d’incubation8 à 14 jours
Concentration de C02>5000
Échange d’air frais1 volume/h
Besoin en lumièren/a
Les paramètres d’incubation pour Pleurotus pulmonarius

Paramètres d’initiation des primordias du Pleurote pulmonaire

Température d’initiation10 à 24°C
Humidité relative95 à 100%
Durée d’initiation3 à 5 jours
Concentration de C02400 Ă  800 ppm
Échange d’air frais5 à 7 volume/h
Besoin en lumière1000 à 1500 lux
Les paramètres d’initiation des primordias pour Pleurotus pulmonarius

Paramètres de fructification du pleurote pulmonaire

Température de fructification18 à 24°C
Humidité relative95 %
Durée de fructification3 à 5 jours
Concentration de C02400 Ă  800 ppm
Échange d’air frais5 à 7 volume/h
Besoin en lumière1000 à 1500 lux
Nombre de récolte3 récoltes à 3-4 semaines d’intervalle
Les paramètres de fructification pour Pleurotus pulmonarius

Merci d’avoir lu cet article. N’hĂ©sitez pas Ă  nous poser vos questions ou Ă  partager cet article s’il vous a aidĂ© ! 🙂

Les myciculteurs qui ont lu cet article on aussi lu  La culture du Shimeji [Hypsizygus tessulatus]
Si vous avez aprécié mon article vous êtes libre de le partager!

Laisser un commentaire