Les 4 paramètres de culture à connaitre

Si l’on veut progresser dans sa pratique de la culture de champignons, 4 paramètres sont essentiels à connaitre. L’humidité, la température, la lumière et la concentration de CO2. En effet, chacun de ces paramètres de culture influencent la croissance, la fructification des champignons. Chacun à des conditions de culture qui lui sont propre. Plus on se rapproche de leurs conditions de vie naturelles, plus le rendement de culture sera important.

Le 1er des paramètres de culture: La température

Le premier paramètre à contrôler lors de la culture, c’est la température.

Lorsque le mycélium est en phase de colonisation sur un grand volume de substrat, celui ci peu produire énormément de chaleur. La température ne doit pas dépasser 29°C à l’intérieur des contenants d’incubation. Le champignon pourrait tout simplement cuire!

Pour la phase d’incubation le mycélium a besoin d’une température entre 20 et 24°C en moyenne. Cette température variera en fonction des paramètres environnementaux naturels dans lesquels évolue votre souche de champignon.

Pour emmener la colonie de champignon à la fructification, on peut faire varier la température pour stresser le champignon. Vers le haut ou vers le bas, avant de l’amener sur sa fourchette de température optimale pour fructifier.

Il y a une aussi grande variété de température de fructification, autant qu’il existe d’espèces cultivables!

Par exemple le pleurote de panicaut (Pleurotus eryngii) a une température de fructification entre 15 et 21°C. Une autre espèce, le pleurote rose (Pleurotus djamor) a une température de fructification entre 20 et 30°C.

Chaque champignon a donc sa fourchette de température optimale.

Un thermo hygromètre est pratique pour la lecture des paramêtres de culture
Thermo hygromètre pour la lecture de la température et de l’humidité.

Le 2e paramètre: L’humidité

Le second facteur que je voudrais aborder est l’humidité. On parle aussi d’hygrométrie, c’est la mesure du taux d’humidité présent dans l’air. Elle s’exprime en pourcentage %.

Un champignon est composé d’environ 90% d’eau, nous devons donc maintenir suffisamment d’eau dans l’air pour éviter que le champignon soit endommagé par la sécheresse.

Lors de la phase d’incubation, lorsque le mycélium croit sur le substrat, on le cultive généralement dans un conteneur fermé, qui maintient facilement l’humidité. Il faut cependant veiller à la bonne humidité du substrat pour une colonisation optimale.

Lors de la phase de fructification, le moment où le champignon produit les primordias, vous vous devez de surveiller régulièrement l’humidité. En effet, lors de cette étape de culture, les « bourgeons » des fructifications sont très sensibles aux variations d’humidité. Cette phase est essentielle pour la suite de la culture.

Trop d’humidité favorisera le développement du pied du champignon au dépend du chapeau.

Et encore une fois, chaque champignons à son rang d’humidité optimal. La majorité d’entre eux ont besoin de 85 à 95% en hygrométrie.

Les myciculteurs qui ont lu cet article on aussi lu  Le Pied-de-mouton [Hydnum repandum]

Vous pouvez utiliser un humidificateur si la pièce où vous cultivez est trop sèche. Le cas contraire munissez vous d’au moins d’un vaporisateur manuel pour humidifier les fruits.

Si la pièce ou vous cultivez n'est pas assez humide, vous pouvez utiliser quotidiennement un vaporisation, en premier lieu.
Utilisation d’un vaporisateur sur des pleurotes grise ( Pleurotus ostreatus)

Le 3e paramètre: La lumière

Le troisième paramètre, c’est la lumière! Contrairement à ce que l’on croit les champignons en ont besoin. Toujours dans le cas ou l’on essaie d’imiter la nature, les forêts sont des endroits sombres, mais elles ne sont pas dépourvues de lumière.

Pour la période d’incubation, celle ci n’est pas nécessaire, le mycélium se développe bien dans le noir. De la lumière durant cette période pourrait entrainer une fructification précoce.

La champignon étant photosensible, la lumière lui permet d’obtenir de l’énergie pour donner des fruits, notamment de la couleur. Elle peut être un facteur déclenchant la formation des primordias.

Les longueurs d’onde (la couleur de la lumière), la durée et l’intensité de la lumière varient globalement peu d’une espèce à l’autre. Une petite lampe à led de couleur blanche ou une petite lampe horticole feront très bien l’affaire pour démarrer. Comptez entre 10 et 12h de lumière par jour lors de la phase de fructification.

L'éclairage est un paramètre important pour la fructification des champignons
Lancement de la phase de fructification avec l’ajout de lumière. Ici une lumière horticole type led bleu et rouge.

Le 4e des paramètres de culture: Le CO2

Le dernier paramètre à bien prendre en compte est le C02. Il détermine la quantité d’oxygène disponible pour la respiration du champignon. C’est notamment vrai pour la phase de fructification. Effectivement le champignon relâche du CO2 durant la pousse des fruits.

Des niveaux élevés de C02 pendant l’incubation du mycélium ne sont pas gênant.

Mais une trop grande concentration de C02 durant la période de fructification favorisera le développement du pied au dépend du chapeau, une déformation du carpophore (la fructification) ainsi qu’une plus grande potentialité de contaminant.

Il faut donc bien ventiler la pièce lors de la fructification si cela est possible.

Une trop grande quantité de C02 participe à la déformation des champignons. Les autres causes peuvent être génétique.
Primordias de pleurote déformés

Il faut retenir que les champignons n’ont pas les mêmes besoins lors de la phase d’incubation et lors de la phase de fructification. Pour l’incubation, il faut veiller à la bonne température de développement, dans un endroit sombre. Se surajoute pour la phase de fructification, une hygrométrie forte avec un peu de lumière et d’air frais pour obtenir le meilleur de ses champignons!

Et vous? Faites-vous attention à d’autres paramètres lors de vos cultures? N’hésitez pas à le partager avec nous! 🙂

Si vous avez aprécié mon article vous êtes libre de le partager!

Laisser un commentaire