Empreinte eau : combien de litres pour produire 1 kg de champignon ?

L’empreinte eau est un indicateur clé pour mesurer l’impact environnemental de notre alimentation. La culture de champignons présente des avantages importants par rapport à d’autres types de cultures, notamment en termes de consommation d’eau. Dans cet article, nous analyserons l’empreinte eau de la culture des champignons et expliquerons pourquoi elle constitue un choix durable pour notre alimentation.

Qu’est-ce que l’empreinte eau ?

L’empreinte eau est une mesure de la quantité d’eau utilisée pour produire des biens, dans notre cas, des champignons. Elle prend en compte l’eau directement consommée (par exemple, l’eau pour pasteuriser ou humidifier les substrats) ainsi que l’eau indirectement utilisée (par exemple, l’eau utilisée pour la production du substrat). Elle permet de comprendre l’impact de nos choix de production sur les ressources hydriques locales et globales, ainsi que sur l’environnement en général.

Les champignons ne demande pas beaucoup d'eau pour pousser.
Une empreinte de spore reprĂ©sentant d’impact de la production des champignons sur votre environnement

L’empreinte eau des champignons

Avant de comparer les champignons à d’autres aliments, essayons de calculer l’empreinte eau d’un kilogramme de champignons.

Calcul de l’empreinte eau des champignons

Pour calculer l’empreinte eau d’une culture de champignons, nous devons prendre en compte la quantitĂ© d’eau utilisĂ©e Ă  chaque Ă©tape du processus de production. Voici les calculs pour chaque Ă©tape en prenant en compte une production de 1 kg de pleurotes sur paille avec toutes les Ă©tapes nĂ©cessaire Ă  sa production :

  1. GĂ©lose : Il faut 1 L d’eau pour faire 20 gĂ©loses. On peut supposer que pour 1 kg de pleurotes, 1 gĂ©lose suffit. Ainsi, l’eau utilisĂ©e pour les gĂ©loses est de 1/20 = 0,05 L.
  2. MycĂ©lium sur grain : Chaque gĂ©lose peut produire au moins 10 L de mycĂ©lium sur grain. Pour 1 kg de pleurotes, 1 L de mycĂ©lium sur grain est nĂ©cessaire. Pour produire 1 L de grain, 1 L de blĂ© et 500 ml d’eau sont nĂ©cessaires. En moyenne, il faut 1 500 L d’eau pour produire 1 kg de blĂ©. Supposons que 1 L de blĂ© pèse 0,75 kg. L’empreinte eau pour cette Ă©tape est de (0,75 kg * 1 500 L) + 500 ml = 1 125,5 L.
  3. Substrat humide : Pour produire 1 kg de pleurotes, il faut 2 kg de substrat humide. Pour produire 2 kg de substrat humide, on a besoin de 0,8 kg de paille de blĂ©, 8 L d’eau pour la pasteurisation et 0,4 kg de mycĂ©lium sur grain. L’empreinte eau pour la paille de blĂ© est de 0,8 kg * 1 500 L = 1 200 L.
  4. Humidification de la chambre de culture : estimer la consommation d’eau pour une pièce de 20 m2, Ă  18 Â°C, devant ĂŞtre maintenu Ă  90% d’hygromĂ©trie, avec une normale Ă  50% durant 7 jours, ce qui reprĂ©sente un cycle de fructification.
    • Cette estimation est difficile Ă  donner sans connaĂ®tre le système de ventilation, les pertes d’eau par Ă©vaporation et la frĂ©quence d’humidification. Pour simplifier, supposons que la pièce nĂ©cessite 5L d’eau par jour pour maintenir l’humiditĂ©. Sur 7 jours, cela reprĂ©sente 35L d’eau.
  5. Total : L’empreinte eau totale pour produire 1 kg de pleurotes est la somme des empreintes eau des Ă©tapes prĂ©cĂ©dentes : 0,05 L (gĂ©lose) + 1 125 L (mycĂ©lium sur grain) + 1 200 L (paille de blĂ©) + 8 L (pasteurisation) + 35L (humidification) = 2 333,05 L.
Les myciculteurs qui ont lu cet article ont aussi lu  La mycosylviculture : le verger Ă  champignons

(Pour ĂŞtre plus prĂ©cis dans le calcul, nous aurions pu amputer une partie de consommation d’eau de la paille et du blĂ©, Ă©tant donnĂ© qu’ils sont produits avec la mĂŞme eau, mais c’est rarement le cas dans la rĂ©alitĂ©)

Bien Ă©videmment, en fonction des mĂ©thodes de production des champignons, l’utilisation de l’eau va varier. Mais dans ce calcul, nous voyons que 98 % de l’empreinte eau provient de la production des grains de blĂ© et de la paille. Le choix des substrats a donc une influence cruciale pour l’utilisation de l’eau dans la production des champignons.

L'empreinte eau des champignons est entre celle des fruits et légumes et celles de la viande
Illustration reprĂ©sentant des champignons cultivĂ©s au milieu d’un petit cours d’eau artificiel

Comparaison de l’empreinte eau des champignons avec d’autres aliments

En comparaison, voici la consommation moyenne en France pour la production de quelques aliments de base :

  • Pommes de terre: 100 litres/kg
  • Carottes: 130 litres/kg
  • Tomates: 180 litres/kg
  • Oignons: 250 litres/kg
  • Oranges: 560 litres/kg
  • Pommes: 822 litres/kg
  • BlĂ©: 1 500 litres/kg
  • Haricots: 1 600 litres/kg
  • Pleurotes sur paille: 2 333 litres/kg
  • Riz: 2 500 litres/kg
  • Saumon: 3 820 litres/kg
  • Poulet: 4 325 litres/kg
  • Porc: 5 988 litres/kg
  • BĹ“uf : 15 415 litres/kg

Conclusion

Les pleurotes sur paille se situent au milieu de cette liste en termes de consommation d’eau (2 333 litres/kg). Bien qu’elles nĂ©cessitent plus d’eau que certaines cultures vĂ©gĂ©tales, elles sont une alternative intĂ©ressante en termes de protĂ©ines par rapport aux viandes, dont la production consomme beaucoup plus d’eau. Ainsi, les pleurotes sur paille offrent un compromis entre une source de protĂ©ines et une empreinte eau plus faible, ce qui en fait une option viable et plus durable pour ceux qui cherchent Ă  rĂ©duire leur impact environnemental.

Si vous avez aprécié mon article vous êtes libre de le partager!

Laisser un commentaire