Comment choisir un champignon comestible Ă  cultiver?

Il y a tellement de champignons comestibles Ă  cultiver que j’ai souhaitĂ© vous Ă©crire un petit guide pour vous aidez Ă  faire votre choix, suivant votre projet. Que vous soyez particulier, ou professionnel, il est important de bien choisir le champignon que vous allez cultiver, car c’est une culture qui n’est ni animale, ni vĂ©gĂ©tale. D’oĂą l’intĂ©rĂŞt de bien comprendre comment il fonctionne et de quoi il a besoin. Ainsi il sera plus facile de le faire pousser et de profiter de l’expĂ©rience. Dans cet article, je vais vous guider vers le meilleur choix du champignon comestible Ă  cultiver, pour le fun, pour la passion, pour la science, pour le business, mais surtout pour vous !

Le champignon comestible que je veux cultiver est-il dur Ă  faire pousser ?

Tous les champignons ne mangent pas la mĂŞme chose

Nos amis fungis ne se nourrissent pas de la mĂŞme chose. Certains sont des goinfres pouvant manger tout et n’importe quoi. D’autres sont de fins gourmets et ne se satisferont que d’une fine nourriture gastronomique, que seul les chefs myciculteurs Ă©toilĂ©s parviendront Ă  leurs prĂ©parer, non sans difficultĂ©s.

Comme vous vous en doutez, plus la nourriture d’un champignon sera complexe Ă  rĂ©aliser, plus sa culture mettra au dĂ©fi vos capacitĂ©s culinaires ! Documentez-vous bien sur la manière dont se nourrit votre champignon, car il en existe trois grandes catĂ©gories, que nous allons de suite voir..

Les champignons saprophytes décomposeur primaire

Ces champignons contribuent à la dégradation de la matière organique brute et fraiche, comme des troncs, des branches, en la restituant au sol sous forme minérale. Ils ont un rôle important de recyclage dans les écosystèmes.

Si votre champignon est un décomposeur primaire, il faudra le nourrir avec une matière ligneuse, comme la sciure ou la paille. La liste des matières organiques dont il peuvent se nourrir est énorme ! Ils sont les plus simples à satisfaire gustativement parlant.

Quelques exemples de champignons décomposeur primaire :

  • Le pleurote ( Pleurotus spp.) jaune, rose, Ă  huitre, eryngii et j’en passe !
  • Le shiitakĂ© ( Lentinula edodes)
  • L’hydne hĂ©risson ( Hericium erinaceus)
  • Le nameko ( Pholiota nameko)
  • Le rĂ©ishi ( Gonoderma lucidium )
La pleurote est un champignon facile Ă  faire pousser !
Le pleurote ( Pleurotus spp. ) est un champignon décomposeur primaire.

Les champignons saprophytes décomposeurs secondaires

Ces champignons continuent Ă  dĂ©composer la matière organique qui l’a Ă©tĂ©, soit par des champignons dĂ©composeurs primaires, soit par d’autres organismes ( comme les bactĂ©ries prĂ©sentes dans la flore digestives des bovins et autres animaux parents ). Ils vivent dans un milieu qui possède un Ă©cosystème relativement riche en biodiversitĂ©, comme les prairies ou Ă  proximitĂ© des Ă©levages. Insectes, bactĂ©ries et autres fungis les cĂ´toient. Ils sont un peu plus difficiles Ă  satisfaire, car ils ne dĂ©velopperont pas d’appĂ©tit, et ne grandiront pas sans convives, notamment unicellulaire, Ă  leur table, avec qui, ils aiment Ă©changer la nourriture et communiquer.

Si votre champignon est un décomposeur secondaire, celui ci appréciera du fumier composté ou encore un compost de végétaux bien mûr.

Quelques exemples de champignons décomposeurs secondaires:

  • Les champignons de Paris ( Agaricus spp. )
  • Le coprin chevelu ( Coprinus comatus )
  • Le pied bleu ( Lepista Nuda )
Le coprin chevelu est un trés bon fungi mangeable !
Le coprin chevelu (Coprinus comatus) est un champignon décomposeur secondaire

Les champignons mycorhiziens

Cette dernière catĂ©gorie de champignons est la plus reprĂ©sentative du règle fongique, mais aussi la plus difficile Ă  cultiver. Ils Ă©tablissent des liens symbiotiques avec des bactĂ©ries dans le sol, mais Ă©galement avec les racines des plantes. Le plus souvent un arbre. Pour les cultiver, il faut donc prĂ©parer Ă  manger pour ces champignons, pour l’arbre et les bactĂ©ries, qui s’Ă©changent une multitude de nutriments et de conversation Ă  travers le sol. Ils sont extrĂŞmement difficiles Ă  satisfaire.

Si votre champignon est mycorhizien, sa nourriture dĂ©pendra profondĂ©ment de la nature du sol, des espèces de bactĂ©ries et de l’espèce d’arbre avec qui il est associĂ©.

Quelques exemples de champignons mycorhiziens:

  • Les morilles ( Morchella spp.)
  • Les cèpes ( Boletus spp.)
  • Les chanterelles ( Cantharellus spp. )
Le bolet est un champignon mycorhizien
Le bolet ( Boletus spp.) est un champignon mycorhizien

Le champignon comestible que je veux cultiver a t-il dĂ©jĂ  Ă©tĂ© cultivĂ© par quelqu’un?

Ce que j’entends par « cultiver par quelqu’un », c’est de savoir si sa culture est populaire, si elle a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© un certain nombre de fois et qu’il y a des techniques qui se sont construites au cours du temps.

Oui !

Si la culture du champignon que vous avez envie de faire pousser a déjà été réalisée, vous avez surement des informations de disponibles dans les livres, les blogs internet et les vidéos Youtube.

Vous pouvez mettre au point un protocole de culture Ă  partir des informations que vous aurez trouvĂ©es et l’appliquer tout simplement. Vous pouvez Ă©galement vous former si vous ĂŞtes dĂ©cidĂ©s Ă  faire quelque chose de plus professionnel.

Non ..

Beaucoup de champignons n’ont jamais Ă©tĂ© cultivĂ©s Ă  ce jour aux vues du nombre d’espèces qu’il existe.. quelle bonne nouvelle !

Si c’est le cas du champignon que vous souhaitez cultiver, il ne vous reste plus qu’Ă  Ă©tudier vous mĂŞme sa nutrition et son mode de vie. Dans le cas de champignon dĂ©composeur primaire et secondaire, vous avez des chances de rĂ©ussir votre expĂ©rience, en vous basant sur ce qui existe dĂ©jĂ .

Dans le cas des champignons mycorhiziens, leur Ă©cologie est tellement spĂ©cifique qu’il vous faudra faire des recherches approfondies au cas par cas. Regardez les publications scientifiques sur internet, sur des sites comme Pubmed. La biologie et l’anglais seront de mise!

Alors dur ou pas Ă  cultiver mon champignon comestible?

Entre un Oui et Non, il existe tous les gradients possibles..

Globalement on peut classer les cultures de champignons en un niveau de difficulté allant de 1 à 10. Je les ai regroupés dans ce petit tableau:

Déjà cultivé? / Type de décomposeur ? Déjà cultivéJamais cultivé
DĂ©composeur primaire1 Ă  22 Ă  4
DĂ©composeur secondaire4 Ă  66 Ă  9
Mycorhizien9 Ă  10 10 +
Tableau des difficultés de culture des champignons

Comment choisir un champignon comestible Ă  cultiver?

Vais-je faire pousser mon champignon comestible Ă  l’extĂ©rieur ou Ă  l’intĂ©rieur?

Suivant le lieu oĂą l’on vit, on ne peut pas faire pousser tous les champignons Ă  l’intĂ©rieur ou Ă  l’extĂ©rieur. Le climat et les installations sont en gĂ©nĂ©ral les facteurs limitants.

Cultiver les champignons comestibles en intérieur

La culture d’intĂ©rieur a des avantages sur le type de champignon que l’on peut y implanter:

  • Des espèces qui ne sont pas naturellement adaptĂ©es Ă  nos latitudes. Ex: Le nameko, qui a besoin d’une très forte humiditĂ©, aura du mal Ă  pousser dehors, Ă  moins que vous ne viviez dans une forĂŞt très humide.
  • Des espèces qui ne poussent pas en saison chez vous, par exemple en hiver, comme cultiver du pleurote jaune ( qui pousse plutĂ´t en Ă©tĂ©), ou bien cultiver du pleurote Ă  huitre (champignon d’hiver) en Ă©tĂ©. Vous l’avez compris l’inertie de la tempĂ©rature est très importante dans ce cas lĂ .
  • Vous pouvez cependant cultiver les espèces comestibles de saison qui poussent sous vos latitudes en intĂ©rieur. La tempĂ©rature ne sera pas un problème et vous contrĂ´lerez plus facilement l’environnement. Ex: Cultiver le pleurote de panicaut au printemps.
Le réishi est un champignon médicinaux
Une culture de réishi en intérieur

Si vous adoptez la culture d’intĂ©rieur vous serez chargĂ© de recrĂ©er l’environnement de vie de votre champignon. Une cave reste l’idĂ©ale, mais vous pouvez utiliser des tentes de culture, ou mĂŞme votre cellier. Les conteneurs frigorifiques constituent une bonne alternative pour gĂ©rer une culture en intĂ©rieur.

La qualitĂ© de votre amĂ©nagement jouera bien Ă©videmment sur la qualitĂ© de votre culture. La tempĂ©rature, la lumière, l’air et l’humiditĂ© devraient ĂŞtre contrĂ´lĂ©s pour s’assurer du meilleur rĂ©sultat. Évidemment il faut donc connaitre les paramètres de culture de l’espèce que vous dĂ©cidez d’implanter en intĂ©rieur.

Cultiver les champignons comestibles en extérieur

Les cultures en extérieur sont plus simple à gérer, mais leurs choix est par nature plus limités, vous pouvez cultiver :

  • Des champignons adaptĂ©s naturellement aux conditions climatiques du milieu de culture. Il est essentiel que les fungis que vous installez Ă  mĂŞme le sol, sur des bottes de paille ou sur bĂ»che, soient natifs gĂ©ographiquement, ou au moins compatibles avec le climat si le but est d’installer une culture pĂ©renne.
  • Sous serre, il est possible de faire pousser des champignons tropicaux qui aiment fortement les chaleurs et de dĂ©caler la saisonnalitĂ© comme on le fait pour les cultures lĂ©gumières. Par ex, cultiver des pleurotes jaunes et rose au printemps. Ces cultures ne seront pas pĂ©rennes vu que ces deux espèces ne supportent pas des tempĂ©ratures sous les 10°C.
La pleurote est un exellent champignon comestible pour débuter en culture
Culture en extérieur de pleurote grise ( Pleurotus ostretus) sur paille

En quelle saison voudrais-je récolter ma culture de champignon en extérieur?

Comme pour les légumes ou les fruits, chaque espèce de champignons possède une saison favorable à la production de ses sporophores.

La saison des récoltes dépend principalement du champignon qui possède en sa génétique des traits qui le font fructifier lorsque le climat lui est favorable.

Les pĂ©riodes d’implantations des champignons au jardin, ou en extĂ©rieur se font au printemps ou en automne. Certains champignons fructifieront la mĂŞme annĂ©e que leur implantation, d’autres espèces l’annĂ©e qui suit. Le tout est de leur laisser convenablement le temps de coloniser le substrat que vous leurs avez fourni dans de bonnes conditions.

Voici un tableau des champignons en fonction de leurs mois de fructification, sous les latitudes Françaises :

Variété/MoisJanFévMarAvrMaiJuinJuilAouSepOctNovDec
Shiitakéxxx
Pleurotes Jaunexxxx
Pleurote bleuxxxx
Pleurote pulmonairexxx
Pleurote Ă  huitrexxxx
Pholiote changeantexxxx
Namekoxx
Collybie à pied velouté xxx
Hydne hérissonxx
Mois de récolte des champignons cultivés sur rondins

La tempĂ©rature des saisons influence Ă©galement les champignons qui sont cultivĂ©s en intĂ©rieur, notamment si l’inertie en fraicheur est faible.

Ai-je des objectifs personnels dans la culture des champignons comestibles ?

Entreprendre de cultiver des champignons peut ĂŞtre une expĂ©rience magnifique, encore faut-il savoir comment on s’y engage..et pourquoi ?

Pour le fun !

Vous pouvez cultiver des champignons pour vous amusez, sans beaucoup d’attente, si ce n’est celle de prendre du plaisir. Concentrez-vous peut-ĂŞtre sur des espèces pour les dĂ©butants, sinon vous risquez d’ĂŞtre déçu du rĂ©sultat. Les pleurotes sont vraiment simples Ă  cultiver!

Pour la passion et la science !

Si vous avez de l’intérêt scientifique pour les champignons, sa biologie, sa reproduction ou son clonage, de nombreuses espèces vous satisferont, les champignons comestibles cultivés et sauvages ! Il est en effet possible de cloner et de reproduire des champignons sauvages pour en faire la culture.

Business plan !

Dans le cadre d’un business plan, je vous conseille d’office de cultiver des champignons dont les rendements sont connus sur des substrats spĂ©cifiques. Ainsi vous n’aurez pas de surprises. Les plus communs sont le pleurote, le shiitakĂ© et le champignon de Paris. Si vous avez tout de mĂŞme en tĂŞte de faire pousser d’autres espèces, pratiquez leurs cultures en parallèle dans un but de recherche et de dĂ©veloppement. Une fois les rĂ©sultats voulus obtenus, vous pouvez les inclure dans votre plan!

Théoriquement tous les champignons peuvent être cultivés..
Des cagettes de délicieux champignons comestibles !

Un dernier conseil..

Cet article n’est qu’un ensemble de conseil. L’imagination et l’envie sont souvent de bonnes alliĂ©es, mais la connaissance et la patience sont des armes de vertus . Renseignez-vous correctement et commencer petit, l’expĂ©rience n’en sera que plus agrĂ©able. Comme pour le jardinier qui commence par planter des carottes plutĂ´t que des tomates cerises, si vous commencez par de la Morille, vous risquez d’ĂŞtre frustrĂ© des rĂ©sultats. Mais vous ĂŞtes votre propre mycĂ©lium, et vous ĂŞtes responsables de la fructification ou pas de vos idĂ©es!

RĂ©cap’

Vous avez Ă  prĂ©sent des Ă©lĂ©ments pour vous aidez Ă  choisir le champignon comestible que vous allez cultiver. L’essentiel rĂ©side dans ces 5 questions :

  • Comment se nourrit votre champignon?
  • A t’il dĂ©jĂ  Ă©tĂ© cultivĂ©?
  • Allez-vous le cultiver en intĂ©rieur? en extĂ©rieur?
  • A quelle saison?
  • Dans quel objectif?

Et vous alors? Quels champignons avez-vous décidé de cultiver? 🙂

Si vous avez aprécié mon article vous êtes libre de le partager!

Laisser un commentaire